À la une

Voir tout

Voir tout

Derrière les coutures : Anne-Marie Rostaing - Chef d’atelier, Le Grand Costumier

Anne-Marie est chef d’atelier au Grand Costumier depuis avril 2018. Ayant œuvré dans le domaine du tourisme pendant plus de dix ans, elle a fait un virage à 180 degrés pour suivre une formation en couture à l’École des Métiers des Faubourgs et s’adonner entièrement à cette passion qui la suit depuis l’enfance. En 2015, une fois sa formation terminée, elle obtient des contrats sporadiques dans le milieu du théâtre et a fait de la retouche et du sur mesure entre les contrats de costumes pour arrondir ses fins de mois.   Elle est arrivée au Grand Costumier comme couturière ponctuelle pour la restauration de la collection. Devant les défis de dénicher un travail stable en couture, elle planifiait un retour à des emplois en administration, quand l’opportunité au Grand Costumier s’est présentée. Ses grandes compétences et sa passion l’ont rapidement menée à passer d’un poste de couturière au poste de chef d’atelier et depuis, elle est une brillante ressource pour l’organisation. Anne-Marie coordonne aujourd’hui l’ensemble des projets de l’atelier; des retouches à la confection sur mesure, en passant par la restauration des costumes de la collection.      Crédit photo : Philippe Latour

Changer le Monde de la Mode un Collant à la Fois

L’Histoire à Succès de l’Entreprise Le Coffret de Rachel   Fondée en septembre 2014 par trois amies, Mélanie Heyberger, Carolyne Parent et Alyeska Guillaud, la compagnie Le Coffret de Rachel est un succès québécois source d’inspiration non seulement pour les jeunes qui désirent se lancer en affaires, mais aussi pour les compagnies bien établies du milieu de la mode qui veulent se réinventer.   Photo : AI Creation   Amies et collègues dans un organisme aidant les entrepreneurs à rédiger leurs plans d’affaires, Mélanie, Carolyne et Alyeska ont eu tout de suite un coup de foudre professionnel nourri par une envie commune de fonder leur propre entreprise. Animées par une passion innée pour le monde de la mode, Mélanie et ses deux partenaires d’affaires ont décidé de se concentrer sur le bas collant pour atteindre le succès!   Avant de se lancer en affaires, les trois jeunes femmes professionnelles se posaient la question : « Pourquoi les femmes ont-elles une relation amour-haine avec les bas collants ? » « On adore les porter, mais ils brisent toujours au moment le moins opportun » et on doit alors courir à la pharmacie du coin pour s’en procurer rapidement… et à prix raisonnable. Voici une vérité consommateur qu’elles vivaient au quotidien. Comme plusieurs, elles ont dû opter pour des solutions classiques, mais embêtantes : « avoir toujours plusieurs paires de rechange dans son sac, se doter d’un vernis à ongle pour boucher les trous… un véritable casse-tête! »   Comment satisfaire ce besoin des femmes tout en innovant? Il fallait offrir un produit de plus grande qualité, personnalisé et tendance sur une base régulière pour que les clientes aient en tout temps plusieurs paires et une variété de modèles à leur goût. Rendre le bas collant trendy et accessible grâce à un clic par le biais d’une boutique en ligne proposant une nouvelle expérience, c’est la promesse qu’a fait Le Coffret de Rachel.     Une Amie Virtuelle Qui a Du Style Voilà qu’une idée commence à germer dans leur esprit et se transforme peu à peu en une réalité qui a radicalement transformé leur vie. Amoureuse de la mode, Mélanie a trouvé en Carolyne, spécialiste en commerce en ligne, et Alyeska, responsable des opérations, les associées parfaites. Décidées à tout miser sur le commerce en ligne, elles ont dû faire face à un grand défi : comment garder dans la vente en ligne le contact humain et la chaleur qui caractérisent le commerce de détail? Les trois jeunes femmes ont alors jugé nécessaire de donner un visage à leur entreprise afin de la rapprocher de la cliente.   C’est à cet instant que Rachel et son coffret ont fait leur apparition. Comme Mélanie le dit si bien, « Rachel est l’amie de nos clientes, elle leur donne des conseils, elle sélectionne les collants à mettre dans les coffrets et elle les envoie »… c’est une amie virtuelle qui a du style et qui brise le côté froid du commerce en ligne.     Ce modèle d’affaires simple, bien rodé et de plus en plus répandu appelé «  l’inscription box » leur a permis de se concentrer, avant tout, sur la personne derrière l’écran et sur ses besoins. Grâce à la personnalisation de son profil en ligne selon son style et ses habitudes vestimentaires, la cliente peut concocter un abonnement sur mesure afin que Rachel puisse lui envoyer, sur une base régulière, son coffret contenant des collants tendance, en accord avec son style personnel et son mode de vie. « C’est comme si la cliente clavardait avec Rachel et lui communiquait ses goûts, ses envies, ses désirs » et, bien évidemment, elle peut revoir ses choix en tout temps, car Rachel est toujours à l’écoute et prête à évoluer avec elle!     Portez la Qualité, Mais Avec un Quelque Chose de Plus Faire sa place dans le domaine du bas collant qui compte de vieux joueurs depuis des lustres n’a pas été une mince affaire pour ces nouvelles entrepreneures bien décidées à révolutionner ce produit, mais à leur façon. La qualité est l’un des éléments incontournables lorsque l’on se lance dans la commercialisation du bas collant, alors ce n’est pas surprenant que Mélanie et ses partenaires aient fait appel à des fabricants en Italie, la Mecque du bas collant, qui fournit 70 % de la production mondiale.   Désireuses d’encourager la main-d’œuvre locale, elles ont aussi tissé des liens solides avec un fabricant de bas collants à Saint-Jean sur Richelieu afin de réussir à marier intelligemment approvisionnement local et international sans faire de compromis sur la qualité offerte et la rentabilité de leur entreprise.     Mais tôt ou tard, malgré la meilleure qualité possible, un collant s’effilera, alors comment se démarquer des autres déjà en commerce? Selon Mélanie, une fois que l’on est certain de la qualité de son produit, il faut aller plus loin et lui trouver de nouveaux attributs qui sauront le différencier et le sortir du lot. C’est exactement ce qu’elles ont fait pour le bas collant en le rendant attrayant, cool et inspirant aux yeux des plus jeunes, tout en chatouillant l’intérêt des habituées. Et l’image et la stratégie de vente se doivent d’aller au-delà du produit pour que le succès soit au rendez-vous.       Une Image Forte Pour une Femme Forte Du sous-sol d’Alyeska aux nouveaux bureaux sur la rue Casgrain en passant par des accélérateurs d’entreprises, Rachel et ses copines ont fait du chemin ces dernières années, et cela aussi grâce à une démarche analytique axée sur la cliente. Après quelques tests et des sollicitations sur les réseaux sociaux pour questionner directement le public au sujet de leur image de marque, Mélanie, Carolyne et Alyeska ont constaté que de beaux visuels inspirants, un emballage bien pensé et une approche amicale étaient les meilleurs moyens pour que la cliente se sente en confiance et adopte la marque.     Dialoguer avec les clientes, selon Mélanie, a permis à Le Coffret de Rachel d’aller droit au but afin de répondre aux vrais besoins du consommateur et de bâtir une image de marque puissante auprès de laquelle la cliente peut s’identifier. Rachel est forte, audacieuse et stylée, tout comme la femme qui porte les collants contenus dans son coffret.     From Rachel Au Québec, nous vivons entre deux cultures, francophone et anglophone, donc, une compagnie se doit de parler aux gens selon les codes culturels de références appropriés. Mélanie nous raconte que le choix n’a pas été facile lorsqu’il fallait penser Le Coffret de Rachel en anglais. Faute d’une sonorité étrange lorsque le nom de la compagnie était prononcé par un anglophone, le trio au féminin a alors décidé d’utiliser le nom From Rachel pour faire son entrée sur le marché anglais.   Le sentiment de partager quelque chose avec une amie, la cliente, est toujours présent dans les deux utilisations, mais Mélanie nous confie que, si c’était à refaire, elle opterait peut-être pour un seul nom pour les deux langues. Dans le même esprit, la compagnie utilise fièrement le « Made in Québec, Canada » afin de démontrer cette ambivalence culturelle qui, en même temps, témoigne de notre identité unique.     Seul, On Va Plus Vite. Ensemble, On Va Plus Loin. Mélanie, Carolyne et Alyeska sont activement impliquées dans les comités des Chantiers « Image de l’industrie », « Innovation » et « Exportation » de la Grappe mmode afin de mettre leur expertise au service de l’ensemble de l’industrie.   « Le Coffret de Rachel est encore une jeune compagnie, alors le fait de pouvoir rejoindre la Grappe mmode et côtoyer les dirigeants des grandes compagnies de l’industrie de la mode québécoise représente une chance unique d’échanger et de grandir. Ces grandes compagnies peuvent bénéficier autant que nous de ces échanges en se rapprochant d’une mentalité start-up comme la nôtre qui ne fait pas forcément partie de leur ADN. » – Mélanie Heyberger ______________________________   LE COFFRET DE RACHEL   Activités :                    Collants, accessoires de mode Siège social :              Montréal Fondation :                  2014 Fondateurs :                Mélanie Heyberger, Carolyne Parent, Alyeska Guillaud Points de vente :          10 + vente en ligne Marchés exploités :      Canada Nombre d’employés :   7     Grâce à la précieuse contribution de la Ville de Montréal, la Grappe mmode a mandaté Dario Bivona pour réaliser une série d'entrevues avec des entrepreneurs de l'industrie de la mode montréalaise.

Infolettre du 6 Juillet 2018

Consultez l'infolettre du 6 juillet 2018: Nouveau: mmode reçoit, retour sur l'atelier sur les formations cou...   VERSION WEB   INFOLETTRE 06 | 07 | 2018     À LA UNE | mmode #mtlstyle La campagne d'image #mtlstyle est en cours de préparation et des activations sont attendues pour la fin de l'été 2018. D'ici-là, découvrez les looks uniques de Montréalais photographiés et interrogés sur leurs styles au cours des derniers mois par notre partenaire créatif Sid Lee. Restez à l'affût pour la date officielle du lancement de la campagne et n'oubliez pas d'utiliser le mot-clic! VOIR PLUS DE #mtlstyle Nouveau! Les événements "mmode reçoit..." Le 3 juillet, mmode a eu le plaisir de recevoir à ses bureaux Marilyn Bastien, diplômée de l'École de mode du Cégep Marie-Victorin et designer chez Paul Smith à Londres. Plus de 20 membres et étudiants des écoles de mode de la région se sont joints à nous pour écouter le récit de son parcours aussi impressionnant qu'inspirant au sein de l'industrie anglaise du luxe, lors d'un échange animé par Mona-Lisa Prosper et Noëllly Sam (Fashion Unfold). Suite au succès de cet événement, l'équipe de la Grappe mmode lance mmode reçoit... un rendez-vous réseautage mettant en vedette un invité spécial, qui se tiendra aux 4 à 6 semaines, et sera accessible aux membres mmode, aux étudiants, aux enseignants ainsi qu'à tous les initiés de l'industrie de la mode montréalaise. Tenue d'un atelier sur les formations courtes et professionnelles Dans l'optique d'assurer une plus étroite collaboration entre les institutions de formation de métier et les entreprises manufacturières de la région de Montréal, la Grappe mmode, par le biais de son Chantier Main-d'oeuvre, a réuni à une même table des représentants de Vêtements Peerless, de Les Confection Stroma et de Tricots Maxime, ainsi que du Centre de formation Compétences 2000 (CSDL), de l'École des Métiers des Faubourgs (CSDM), du CSMO Textile et de VestechPro. C'est chez Vêtements Peerless, partenaire bâtisseur de mmode, que tous se sont rencontrés, le vendredi 29 juin dernier, pour échanger sur les différents programmes de formation afin d'améliorer l'adéquation formation-emploi dans l'industrie de la mode.   À LA UNE | industrie Ottawa consacre 25M$ par année pour soutenir l'exportation de la créativité Les Affaires | 26 juin 2018 La marque MARIGOLD par Marilyne Baril bientôt chez Simons @marigoldclothingbymarilynebaril | 26 juin 2018 Acquisition stratégique pour Louis Garneau Le Soleil | 27 juin 2018 Virgil Abloh’s “CUTTING ROOM FLOOR” Exhibition Highsnobiety | 2 juillet 2018 PLUS DE NOUVELLES   NOUVEAU MEMBRE C'est avec fierté que la Grappe mmode accueille le Collège Durocher Saint-Lambert à titre de partenaire - institution d'enseignement et de recherche. Établissement d'enseignement secondaire privé, le CDSL travaille présentement à de nombreux projets novateurs, dont certains sont orientés vers le vêtement et le textile.   ÉVÉNEMENTS À VENIR An evening of flair & luxury Scarzza 12 juillet 2018 Bar George African Fashion Week Montreal 2018 Luxure Production LTD. 21 juillet 2018 Le Livart POP UP JACKALOPE Tribu Expérientiel 17 au 19 août 2018 Esplanade Financière Sun Life du Parc olympique Festival Mode & Design 2018 Groupe Sensation Mode 20 au 25 août 2018 Quartier des spectacles Mission commerciale à Paris Grappe mmode 13 au 16 novembre 2018 Résidence de l'Ambassadrice du Canada à Paris BALENCIAGA, Maître de la haute couture Musée McCord Jusqu'au 14 novembre 2018 Musée McCord TOUS LES ÉVÉNEMENTS     MERCI À NOS PARTENAIRES! TOUS NOS PARTENAIRES  

Infolettre du 21 juin 2018

Consultez l'infolettre du 21 juin 2018: Succès pour la mission inter-grappes à Londres, une designer de...  VERSION WEB   INFOLETTRE 21 | 06 | 2018     INVITATIONS | mmode Déjeuner-causerie mmode le mardi 3 juillet prochain La Grappe mmode a le plaisir de vous inviter à un déjeuner-causerie qui se tiendra le 3 juillet, de 8 h à 9 h 15, à nos bureaux du centre-ville. À cette occasion nous aurons l'honneur de recevoir et d'échanger avec une diplômée du Cégep Marie-Victorin, Marilyn Bastien, aujourd'hui designer pour le célèbre créateur anglais Paul Smith. Réservez rapidement votre place sur Eventbrite; les places sont très limitées et réservées aux membres mmode! Pas encore membre? Cliquez ici. Mission commerciale à Paris en novembre 2018 La Grappe mmode organise une mission commerciale à Paris du 13 au 16 novembre 2018 en collaboration avec Affaires Mondiales Canada et l'Ambassade du Canada à Paris. Fait marquant au programme : une réception exclusive réunissant près de 200 invités de marque de l’écosystème de la mode française pour rencontrer nos entreprises québécoises à la résidence officielle de l'Ambassadrice du Canada à Paris, madame Isabelle Hudon. Cliquez ici pour obtenir plus de détails et pour manifester votre intérêt en complétant le formulaire avant le mercredi 27 juin.   À LA UNE | mmode Retour sur la dernière rencontre du Chantier Exportation Suite à la présentation d'un conférencier invité de l'EDC, le post-mortem de la mission au MAGIC de Las Vegas en février 2018 a été présenté aux membres du comité de travail. Le Chantier a formulé la recommandation de reconduire l’initiative pour l’édition de février 2019 et cette proposition a été acceptée par le conseil d’administration de mmode au début juin. Le comité organisateur sera mis en place dans les prochaines semaines. Un succès pour la mission inter-grappes à Londres! Du 13 au 16 juin dernier, les grappes TechnoMontréal et mmode ont mené une mission d'opportunités à Londres dans le cadre de la London Tech Week. Les entreprises participantes ont non seulement rencontré leurs objectifs, mais le succès de l'initiative est tel que la formation d'un comité inter-grappes FashionTech et RetailTech est déjà en évaluation. N’hésitez pas à communiquer avec nous si vous souhaitez vous y impliquer. Nous remercions nos membres participants ainsi que nos partenaires, Montréal International et le Consulat Général de la Grande-Bretagne de Montréal, qui ont contribué au succès de la mission.   À LA UNE | industrie Un logiciel pour trouver des vêtements à sa taille La Presse | 6 juin 2018 À la une: la Vie en Rose se prépare au pire et s’attend au meilleur Les Affaires | 16 juin 2018 Ardene Signs Exclusive Partnership with Kendall & Kylie Brand Retail Insider | 20 juin 2018 Roxy Earle and Le Château partner up Breakfast Television | 20 juin 2018 PLUS DE NOUVELLES   OPPORTUNITÉS | événements de recrutement Foire nationale de l'emploi 11-12 octobre | Place Bonaventure L'Événement Carrières 24-25 octobre | Palais des congrès de Montréal     OPPORTUNITÉS | appels de candidatures L'événement Curated Canadian Collections à la London Fashion Week Inscriptions avant le 27 juin Un initiative du Toronto Fashion Incubator Accueil d’acheteurs à Montréal durant le Festival Mode & Design Inscriptions à venir Une initiative d'Export Québec   NOUVEAUX MEMBRES Louve Montréal OMsignal Coton Vanille Atelier HOTELMOTEL   ÉVÉNEMENTS À VENIR Déjeuner-causerie mmode Grappe mmode 3 juillet 2018 Bureaux de mmode Festival Mode & Design 2018 Groupe Sensation Mode 20 au 25 août 2018 Quartier des spectacles Mission commerciale à Paris Grappe mmode 13 au 16 novembre 2018 Résidence de l'Ambassadrice du Canada à Paris BALENCIAGA, Maître de la haute couture Musée McCord Jusqu'au 14 novembre 2018 Musée McCord TOUS LES ÉVÉNEMENTS     MERCI À NOS PARTENAIRES! TOUS NOS PARTENAIRES

Social Notes: Montreal makes fashion statement at CAFA 2018 |Montral Gazette|11 Mai 2018

Montreal shone brightly at the 2018 CAFA gala in Toronto. GEORGE PIMENTEL Some history: Truth be told, my relationship with the recent Canadian Arts and Fashion Awards (CAFA), marking its fifth anniversary, dates back to 2014. I not only had the pleasure of attending the impressive first-time Canadian event, but also of serving on its jury, and getting to know some of the extraordinary individuals behind its development, including president/co-founding director Vicky Milner.   Along with several other Canadian style loving trailblazers, like founding director Brittney Kuczynski, this unstoppable force of fashion was on a mission to support the Canadian fashion industry, both on the home front and internationally, via the recognition and promotion of exceptional achievement and emerging talent.  Well, mission accomplished! In just five short years, CAFA has emerged as one of the most outstanding — and of course stylish — social events in the country. But, most importantly, the CAFA super-squad has succeeded in celebrating the best of Canadian fashion talent in ingenious, well, fashion, while massively upping Canada’s global style profile, thanks, in large part to the forging of significant relationships with supportive partners like presenting sponsor Rogers Communications, platinum sponsor Mantella Corporation, and other high-profilers including Hudson’s Bay, Swarovski, Simons, Joe Fresh, Palettera, Porter Airlines, Fairmont Hotels & Resorts, Facebook, The Kit, and National Post as well as new sponsors, The Aldo Group, H&M and Infiniti Downtown. It was extra meaningful to have been at this year’s festivities — to witness just how far the passion-driven awards have come, and how sizable their imprint, locally and globally.  Now, speaking of this year’s gala goings-on, some Social Notes-worthy notes are in order: As is now CAFA tradition, the superglam awards, including red carpet arrivals, cocktails, Oscar quality dinner/ceremony (hosted by beloved Canadian bred fashionality Joe Zee) and souped-up Sephora after-party, all unfolded fabulously at the historic-chic setting of the Fairmont Royal York in Toronto. CAFA 2018: Vicky Milner (in blue, second from left), with Glenn Dixon, left, Donna Bishop and David Dixon. SAM SANTOS / GEORGE PIMENTEL While awards went to deserving recipients from across the country (many of whom were on-site lending stylish support), our fair city was, don’t you fret, radiantly represented. There were, dressed to the elevens, patrons like designers Denis Gagnon, Byron and Dexter Peart and Fecal Matter’s Steven Raj Bhaskaran and Hannah Rose Dalton. Also present were: Grappe métropolitaine de la mode’s Debbie Zakaib attending with husband, XPND Capital’s Alexandre Taillefer; retail maestro Michel Brisson; ELLE Québec EIC Julie Buchinger; PR pro and CAFA liaison, ZOI Agency’s Maria Varvarikos-Peart; Schitt’s Creek actress Emily Hampshire; catwalk king Hans Koechling; KPMG’s Demet Tepe; JB Skin Guru’s ultra guru Jennifer Brodeur; Fashion is Everywhere’s Lolitta Dandoy; Lysa Lash Furs’ so lovely Lysa Lash; and Karim Leduc, CEO of Dulcedo Models/Talent, on scene with client/presenter, artist/model Zombie Boy.   Speaking of presenters, other notable Montrealers on that front included model Kim Cloutier, and, of course, retail royal, Simons’ Richard Simons, who proudly presented the Simons Fashion Design Student Award. (Hmmm, he hails from Quebec City, but hey, it’s still “of the prov!”) As for nominees, there were a slew of talented locals from here, too, à la Mackage’s Eran Elfassy and Elisa Dahan (outerwear), UNTTLD’s José Manuel St-Jacques and Simon Bélanger (womenswear), Cary Tauben (stylist), Fred Juneau (model), Malina Corpadean (image maker), WRKDEPT’s Andy Long Hoang and Tinashe Musara (Swarovski Award for emerging talent, fashion) and rock star Jessy Colucci (Simons Fashion design student award.) Finally, there were numerous Montreal victors topped by Céline Dion (international style icon), accepted on her behalf by longtime friend and legendary stylist Annie Horth; Aldo Bensadoun (outstanding achievement), who spoke candidly of his journey and what inspires him (top of that list: his beloved wife and rock Dianne Bibeau); Marie Saint Pierre (womenswear designer); Atelier New Regime’s Koku and Gildas Awuye (menswear designer); and Maripier Morin (digital fashion influencer), who was moved to tears.  Pretty impressive, all around. Congrats, CAFA, on your astounding accomplishments, and congrats, Montreal creative wonders. You did us proud. Source : http://montrealgazette.com/life/social-notes-montreal-makes-fashion-statement-at-cafa-2018

C2 Montréal takes brainstorming to new heights |Montreal Gazette| 23 Mai 2018

“It’s not just because it’s cool, it’s because when you have a brainstorm 50 feet up in the air, the results are actually different,” says C2 president Richard St-Pierre. GRAHAM HUGHES / MONTREAL GAZETTE Richard St-Pierre wants to make people a little uncomfortable. That, says the president of C2, helps ignite the “little spark” of creativity.  “If you bring people to the limit of their comfort zone, something new will emerge,” St-Pierre said. Now in its seventh year, C2 Montréal, the business conference created by advertising agency Sid Lee and the Cirque du Soleil, has become known for its “labs” — participative activities, like business meetings held on chairs that are suspended 50 feet in the air, designed to put people in a new environment and encourage them to talk about it with other participants.  “It’s not just because it’s cool, it’s because when you have a brainstorm 50 feet up in the air, the results are actually different,” St-Pierre said. One thing he looks for when choosing new labs for the year is an element of risk. “If it doesn’t scare me a little bit, it’s not bold enough,” he said. C2 Montréal, which begins May 23, comes as C2 is in expansion mode. In late November and early December, the first C2-branded conference outside Montreal was held in Melbourne, Australia. The Melbourne Convention Centre is also now home to a permanent C2 meeting space, as is the Queen Elizabeth Hotel in Montreal. It’s just the beginning. “Our goal is to have a C2 event on every continent within the next three years,” St-Pierre said. “It’s not just because it’s cool, it’s because when you have a brainstorm 50 feet up in the air, the results are actually different,” says C2 president Richard St-Pierre. ALLEN MCINNIS / MONTREAL GAZETTE FILES During the past year, C2 has also organized more than 20 conferences around the world for corporations — events like Movin’On, a Michelin-sponsored sustainable mobility conference in Montreal. Its second edition begins at the end of May. There’s a demand, St-Pierre said, for C2’s approach to the business conference. “If you look at a normal conference, everything happens on stage and we’re in a room and it’s a dark place and we listen to what’s happening. That’s called a monologue. We want to create dialogues,” St-Pierre said. A study conducted by the Events Industry Council, a Washington, D.C.-based organization that represents 33 industry groups around the world, found that the number of conferences in the United States grew by five per cent between 2014 and 2018 to 1.9 million. That does have conference organizers concerned about “conference fatigue.” “It’s certainly a crowded space,” said Karen Kotowski, the CEO of the Events Industry Council. “But competition pushes event and meeting planners to creatively look for ways to differentiate their event from others while offering a value proposition that is unique to their own.” And as the number of conferences grows, the number of people attending conferences is also rising, she said. One thing that can set a conference apart in a crowded market is the quality of networking opportunities, she said. Philip Barrar, the founder and CEO of Mylo, a Montreal-based startup that makes an app aimed at helping young people invest, first went to C2 in 2016 as part of an “emerging entrepreneurs” program. He expected to see some interesting speakers and planned to take some notes. “What I got out of it was something completely different,” Barrar said. “You have the opportunity to book an impromptu meeting with people whose agendas are typically booked three months in advance and you can do so in a creative, collaborative environment where people are open to new ideas and giving you constructive feedback.” Barrar, who went back to the event last year and plans to go again this year, said he didn’t make any deals at C2 itself. Instead, he started building relationships at the event that would later benefit his business.  That sort of networking is a big part of C2’s economic benefit for Montreal, said St-Pierre. “Business deals aren’t signed between two corporations, they’re signed by two people,” he said. A survey commissioned by C2, conducted by professional services firm PwC six months after the event, found that deals made as a result of the conference created 1,800 jobs in the Montreal region last year, with about one in five local companies who sent representatives to the event seeing a direct benefit. A big part of that is the large percentage of participants who come from outside the country — 42 per cent of the approximately 6,500 people who attended the event last year were from outside Canada, with 61 countries represented. This year, St-Pierre said, cabinet ministers from Estonia and the United Arab Emirates, as well as the governor of the Australian State of Victoria, are expected to attend. “Never in a million years would they have come and visited Montreal were it not for C2,” he said. “It’s like a reverse trade mission.” Stéphane Paquet, the vice-president of Foreign Investments and International Organizations at Montréal International, the economic development agency responsible for promoting Montreal internationally, said events like C2 are an opportunity to introduce people to the city and to the “ecosystems” in different sectors. “People don’t look at a map and say, ‘I’m going to invest there, because there’s a river, there’s an island, it looks nice,’ no. They go there and they want to do business with people, with an ecosystem, and this is a great moment to introduce people to Montreal’s ecosystem,” Paquet said. “Do they invest only because they come to C2? No, it’s way more complicated than that, but C2 was something that made them come to Montreal, that made them have a look at Montreal.” While the participants themselves are big part of how C2 sells itself, the speakers it attracts also play a role. “Name me one conference, whether you talk about Davos, Burning Man, TED or South by Southwest where you have Snoop Dogg, Chelsea Manning, Michael Sabia and Jim Coulter on the same stage,” St-Pierre said. “Impossible.” As C2 expands internationally, the Montreal conference remains its flagship, St-Pierre said.  “Our purpose from the get-go was to make Montreal shine,” he said. “We’re not going anywhere.” Source : http://montrealgazette.com/business/local-business/c2-montreal-takes-brainstorming-to-new-heights

Caisse part of financing deals for La Maison Simons |Benefits Canada| 30 Mai 2018

  The Caisse de dépôt et placement du Québec is joining the Quebec government and Investissement Québec in financing a distribution facility for retailer La Maison Simons. The Caisse’s investment totals $27 million, with $17 million coming from Investissement Québec. In addition, the Quebec government is lending Simons $81 million, $51 million of which is for the purchase of automated equipment. The loan will help the clothing and housewares retailer with order preparation, processing and delivery, noted a press release. In addition to the distribution centre, the financing will enable Simons to overhaul its existing facility to better align with its e-commerce goals. “Digital maturity is part of the criteria we focus on when we invest in a company,” said Christian Dubé, executive vice-president for Quebec at the Caisse, in the release. “Simons, which has transformed and innovated throughout the years, always implemented relevant measures to stay at the forefront of its sector, especially with regard to e-commerce. “By embracing the digital shift at the right time, the company was able to tap into this important market, which now requires it to broaden its facilities. Through our investment, we aim to enable Simons to keep expanding and remain a vanguard of its industry.” The new distribution facility will bring a higher level of automation and integrate robotic and computerized operations, according to Pierre Gabriel Côté, president and chief executive officer of Investissement Québec. “Consequently, Investissement Québec’s decision to join forces with La Maison Simons and its partners was a natural one in order to drive the success of a company that has been deeply rooted in Quebec’s landscape for years,” he said in the release. In other news, the Caisse is also part of a financing round for smart thermostat marker ecobee Inc. On Thursday, ecobee announced it had secured $47 million in funding from the Caisse, AGL Energy Ltd. and the Business Development Bank of Canada. The funding will allow ecobee to continue expanding its roster of smart home technologies. “Through this investment, la Caisse is supporting an innovative company that uses artificial intelligence to improve energy efficiency. With its smart thermostats, ecobee plays a defining role in reducing energy expenses while optimizing comfort,” said Thomas Birch, vice-president of fund management and technologies at the Caisse. “With the emergence of the rapidly growing smart home market, the company is well-positioned to pursue its international expansion plan.” And in a third Caisse-related announcement, its real estate arm, Ivanhoé Cambridge, is collaborating with media and entertainment company Time Out Market to create a new space for dining and entertainment at one of its properties, the Centre Eaton de Montréal. Spanning more than 3,300 square metres, the space will include 16 food offerings, two bars, a demonstration kitchen, a cooking academy, a retail shop and a cultural stage. “We are absolutely thrilled to be collaborating with Time Out Market and to bring this incredibly successful format to Montreal,” said Claude Sirois, president of retail at Ivanhoé Cambridge, in a press release. “Our discerning clientele is always looking for fresh, new and innovative experiences that define the urban character of our properties nestled at the heart of downtown Montreal. “Time Out Market Montréal will be the masterpiece of the Centre Eaton de Montréal’s transformation and will help redefine the urban leisure experience downtown.” Source : https://www.benefitscanada.com/news/caisse-investing-in-quebec-retailers-e-commerce-capabilities-115047

Bonvilain prêt pour l'été |La Presse| 18 Mai 2018

PHOTO CAMILLE BLACKBURN Fondée en 2013, la marque montréalaise Bonvilain se spécialise en vêtements unisexes de type streetwear. La nouvelle collection estivale, offerte dès maintenant, est composée de pièces au design minimaliste : t-shirts aux couleurs pastel, casquettes, montres, coupe-vent et le désormais classique « hoodie Bonvilain ». Nouveautés cette année : des chemises, ainsi qu'un coton de meilleure qualité et encore plus durable et confortable pour l'ensemble de ses morceaux. Source : http://www.lapresse.ca/vivre/mode/201805/18/01-5182453-bonvilain-pret-pour-lete.php

Investissement de 215 millions de dollars dans la Capitale-Nationale - La Maison Simons accélère sa transformation numérique en implantant un centre multiservice de traitement des commandes hautement automatisé |NEWSWIRE| 29 Mai 2018

QUÉBEC, le 29 mai 2018 /CNW Telbec/ - Le gouvernement du Québec accorde, par l'entremise du programme ESSOR, un prêt de 81 millions de dollars à La Maison Simons, alors qu'Investissement Québec réalise, à même ses fonds propres, une prise de participation de 17 millions de dollars dans la société sous la forme d'actions privilégiées, afin de soutenir l'implantation d'un centre multiservice de traitement des commandes hautement automatisé dans la région de la Capitale-Nationale. Ce nouveau site, qui ouvrira ses portes au début de 2020 dans l'Espace d'innovation Chauveau, permettra notamment à l'entreprise de renforcer ses activités liées au commerce électronique. La vice-première ministre, ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, Mme Dominique Anglade, et le ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, M. Sébastien Proulx, en ont fait l'annonce aujourd'hui. Ce projet, évalué à 215 millions de dollars, permettra de porter à près de 450 le nombre d'emplois assurés par La Maison Simons au nouveau centre multiservice dans l'année suivant le début de ses activités. Le projet vise également à conserver le centre de distribution actuel de l'entreprise afin d'y établir un centre multiusager en commerce électronique pour les entreprises québécoises souhaitant effectuer un virage numérique ou intégrer davantage les technologies numériques et le commerce en ligne à leur modèle d'affaires. À ce propos, une entente de principe a été conclue entre La Maison Simons et le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation afin d'instaurer un partenariat d'affaires visant la mise en place, d'ici deux ans, d'un premier centre multiusager en commerce électronique. Citations : « Pour propulser le Québec parmi les sociétés numériques les plus dynamiques du monde, nous devons notamment miser sur la détermination d'entreprises visionnaires qui, comme La Maison Simons, se distinguent par leur savoir-faire et leur volonté de demeurer toujours à l'affût des nouvelles technologies. D'ailleurs, nous sommes fiers d'appuyer cette entreprise dans la réalisation de son projet majeur, lequel rejoint les orientations de la Stratégie numérique du Québec en permettant d'accroître la transformation numérique d'un secteur clé de notre économie, celui du commerce de détail. » Dominique Anglade, vice-première ministre, ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique « Le numérique fait dorénavant partie intégrante de notre quotidien; les entreprises doivent s'adapter à cette nouvelle réalité. La Maison Simons est l'une des entreprises de la région de la Capitale Nationale qui ont bien saisi cet enjeu, et c'est avec beaucoup d'enthousiasme que notre gouvernement s'associe à sa réussite. Le virage numérique est bien entamé dans notre région, et nous devons continuer à soutenir les entreprises innovantes. » Sébastien Proulx, ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale « Le changement de vocation, d'ici deux ans, du centre de distribution actuel permettra, j'en suis convaincu, la création d'un véritable centre multiusager en commerce électronique ici, à Québec. En favorisant la réalisation d'un tel projet, notre gouvernement réitère sa volonté de stimuler davantage la transformation numérique des entreprises de la région et de partout au Québec. » Patrick Huot, député de Vanier-Les Rivières et adjoint parlementaire du ministre responsable de l'Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes et président du Conseil du trésor « Le projet de La Maison Simons est très innovant. Le nouveau centre de distribution amènera un haut niveau d'automatisation et intégrera des activités robotisées et informatisées. C'était donc tout naturel pour Investissement Québec de s'allier à La Maison Simons, ainsi qu'à ses partenaires, pour assurer le succès d'une entreprise solidement ancrée dans le paysage québécois depuis de nombreuses années. » Pierre Gabriel Côté, président-directeur général d'Investissement Québec « Dans le contexte actuel de cohabitation entre l'économie traditionnelle et numérique, il était devenu absolument nécessaire pour nous de répondre aux besoins de notre clientèle en tenant compte de l'évolution de ses habitudes de magasinage. L'investissement annoncé aujourd'hui nous permettra d'offrir à nos employés un environnement de travail à la fine pointe de la technologie et de leur donner ainsi tous les outils pour accroître leur productivité. Grâce à ce nouveau centre multiservice de traitement des commandes, nous pourrons poursuivre notre croissance et assurer notre pérennité, tout en maintenant des emplois de qualité dans la région de Québec, l'endroit où tout a commencé il y a près de 180 ans. » Peter Simons, président et chef de la direction de La Maison Simons Source : https://www.newswire.ca/fr/news-releases/investissement-de-215-millions-de-dollars-dans-la-capitale-nationale---la-maison-simons-accelere-sa-transformation-numerique-en-implantant-un-centre-multiservice-de-traitement-des-commandes-hautement-automatise-683952611.html