Headlines

Back to news

GALA ENTREPRISE 2018 : LES GAGNANTS |Journal 24h| April 26th 2018

La soirée de gala ENTREPRISE 2018 a été forte en émotions pour les finissants du programme de Commercialisation de la mode au Collège Lasalle. Réunis au Centre Pierre-péladeau le 25 avril dernier, ils ont pu applaudir la victoire sans équivoque de l’équipe Évo, qui a raflé tous les prix de la soirée. Par Alexe-sandra Daigneault

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Récipiendaires du Prix du public, du Prix du développement durable et du grand prix de la soirée, le Prix du meilleur concept d’affaires, les cinq partenaires de l’équipe Évo ne pouvaient pas rêver d’une meilleure finale pour leur parcours collégial! Grâce à leur concept de valises escamotables faites à partir de plastique recyclé, Michelle Dimas-bassalo, Kelly Therrien, Laura Bao, Steffy Thanh Van Ho et Malorie Phelan ont coiffé les cinq finalistes afin de repartir avec les honneurs.

(de haut en bas et de gauche à droite): Michelle Dimas-bassalo, Kelly Therrien, Laura Bao, Steffy Thanh Van Ho et Malorie Phelan

UN TRAVAIL DE MOINE

Après un an de travail acharné, les cinq créatrices âgées de 20 à 25 ans ont pu présenter leur concept lors de la finale D’ENTREPRISE 2018, devant six juges influents de l’industrie de la mode : Brad Evans, directeur de la vente au détail chez Frank & Oak, Michelle Laberge, directrice marketing chez Reitmans, Robert P. Hayes, directeur général de Pilgrim en Amérique du Nord, Debbie Zakaib, directrice générale de mmode, Franco Rocchi, viceprésident exécutif de Le Château et Sophie Beauchamp, directrice marketing sénior chez Ardène.

Au cours d’une présentation de huit minutes, elles ont dévoilé un projet finement ficelé. Depuis la conception de base jusqu’à la mise en marché, en passant par la publicité, la chaine d’approvisionnement, le budget, les stratégies de communication et le reste, aucune étape du développement n’a été laissée au hasard : « Nous avions des ateliers chaque semaine avec des professeurs en finance, en communications ou en produits, explique Michelle Dimas-bassalo, mais ils ne faisaient que nous pousser dans la bonne direction. Tout le reste, des influenceurs Web au choix des matériaux, ça a vraiment été notre décision. »

COÉQUIPIÈRES ET AMIES

Dotées de personnalités aussi compétitives que minutieuses, les filles ont donc uni leurs forces afin de créer un produit à l’image de leurs valeurs : « Nous voulions absolument travailler avec des produits recyclés, explique Malorie Phelan, mais ça nous a pris du temps avant de trouver le concept final. Au début, nous avions imaginé un textile écologique fait de fibres de noix de coco, mais c’était vraiment trop technique. Nous avons dû tout recommencer en février, alors que les autres terminaient leurs présentations ». Malgré ce contretemps, les coéquipières déterminées à se rendre en finale ont consacré jusqu’à six heures par jour pendant deux mois à ce projet… en plus des études et du travail.

Pour arriver à leurs fins, elles ont choisi une méthode de travail collaborative et démocratique, où chacune participait à toutes les étapes du projet. « Nous avions distribué les postes de présidente, de secrétaire et de trésorière, dit Michelle, mais en fin de compte, nous n’avions pas vraiment de rôles précis et nous avons simplement travaillé avec les talents de chacune ». Selon la cheffe d’équipe, c’est le respect et l’amitié dans le groupe qui leur a peut-être permis de se différencier des 15 autres groupes qui participaient au concours : « Nous savons toutes que nous allons nous revoir après l’école et que nous serons encore des amies, mentionne-t-elle. C’est vraiment ça qui nous a gardées sur le bon chemin. Un bon esprit d’équipe et de communication! »

ENTHOUSIASME COLLECTIF

Grâce à ce travail collaboratif, les cinq amies réalisent qu’elles ont mis la main sur un concept prometteur : leurs valises escamotables, dont la coque rigide permet de recycler une cinquantaine de bouteilles d’eau, se révèlent aussi pratiques qu’uniques dans le monde de la mode. Par contre, le processus d’élaboration n’est pas sans difficulté. « Le plus gros problème était vraiment l’aspect escamotable de l’objet, ainsi que sa durabilité, explique Laura Bao. Nous avons assisté à des ateliers et fait énormément de recherche pour trouver ce qui nous allait ».

Avec l’aide de techniciens et d’un créateur de prototypes montréalais, entre autres, Évo a réussi à créer un projet qui attire l’attention : « C’était vraiment une expérience étrange, raconte Malorie. Kelly et moi devions visiter des magasins qui potentiellement auraient pris notre produit, et les gens étaient tellement enthousiastes que nous aurions pu leur en vendre tout de suite! Ça nous a vraiment donné confiance, nous étions sur la bonne voie ».

PROJET D’AVENIR

Devant l’intérêt des acheteurs, du public et des juges du gala ENTREPRISE 2018, qui soulignent leur originalité, leur savoir-faire et leur dynamisme, les membres d’évo se questionnent déjà quant à l’avenir de leur projet. « Nous aimerions vraiment lancer ce produit sur le marché, dit Laura, mais nous sommes encore toutes étudiantes, alors il faut y penser. Nous en discutons depuis deux semaines, et tout ce dont nous aurions besoin, c’est de l’argent et des investisseurs ».

Michelle, Kelly, Laura, Steffy et Malorie n’ont pas encore pris de décision, mais elles savent déjà ce qu’elles feront des prix remportés, soit 1 000 $ offert par l’association générale des étudiants du Collège Lasalle pour le Prix du public, et 2 000 $ offert par Ardène pour le Prix du meilleur concept d’affaires : « C’est un peu plate, mais nous allons sûrement l’économiser », dit Laura. Plate peut-être, mais sage, certainement!

SOURCE : http://24heuresmontreal.newspaperdirect.com/epaper/showlink.aspx?bookmarkid=DBDE9DHVZLD7&preview=article&linkid=d27295cb-91bb-4f35-b484-e88d8a89244d&pdaffid=ETyRgJY6z%2bMNXA0ipzWIYQ%3d%3d